Les êtres humains transforment la nuit en jour.

Il fait nuit noire. Seule la pâle lueur de la Lune nous montre le chemin… C’était autrefois. Notre planète rayonne. Pas dans le bon sens du terme, malheureusement. Au cours des 25 dernières années, la pollution lumineuse a plus que doublé en Suisse. Aujourd’hui, aucun mètre carré n’est plongé dans une obscurité complète. Nous devons agir. Neuco agit.

L’éclairage des espaces publics est un élément de sécurité essentiel pour chacun de nous. La transformation de toute notre planète en lieux de vie, les centres urbains en perpétuel développement, l’augmentation des activités de construction et l’accroissement des offres de loisirs en soirée ou pendant la nuit entraînent toutefois la disparition presque totale de l’obscurité sur la Terre. Les conséquences sont considérables. Dans le numéro 10 de son magazine («Ma lumière, exactement), Neuco a déjà évoqué les conséquences de la pollution lumineuse. Depuis, beaucoup de choses se sont passées. Neuco assume également une respon-sabilité importante dans ce contexte et a engagé des mesures ciblées en matière de planification de l’éclairage.

Neuco assume également une respon-sabilité importante dans ce contexte et a engagé des mesures ciblées en matière de planification de l’éclairage.

DarkSky Switzerland

DarkSky Switzerland est une association indépendante qui s’est donné pour mission de lutter activement contre la pollution lumineuse et de sensibiliser la société et les responsables politiques à cette question importante. Elle est membre de l’International DarkSky Association (IDA), dont le siège est aux États-Unis. L’IDA a été créée en 1988 par des astronomes qui ne pouvaient plus mener correctement leurs recherches en raison de la forte pollution lumineuse. Ce n’est guère surprenant quand on sait que 60 % de la population européenne ne peuvent plus voir la Voie lactée. Encore plus inquiétant: 99 % des Européens vivent sous un ciel pollué par la lumière

La pollution lumineuse, un problème environnemental reconnu

Chaque année, l’éclaircissement du ciel nocturne augmente de deux à six pour cent dans le monde. Une progression alarmante pour les plantes, les animaux et les êtres humains, car la lumière régit le biorythme de tous les êtres vivants. De nombreux processus physiologiques tels que la croissance ou le métabolisme sont adaptés à l’alternance naturelle entre le jour et la nuit. De nos jours, les êtres humains sont par exemple trop peu exposés à la lumière en journée du fait que nous passons moins de temps à l’extérieur et à trop de lumière la nuit, car nous avons les yeux rivés sur nos téléphones portables ou nos téléviseurs.

Chaque année, l’éclaircissement du ciel nocturne augmente de deux à six pour cent dans le monde.

Cela influe sur notre taux de mélatonine et peut causer des troubles chroniques du sommeil. Mais la lumière nocturne a aussi des répercussions importantes sur les animaux. C’est le cas des chauves-souris, qui partent chasser plus tard et ont donc moins de temps pour trouver de la nourriture. Au lieu de se diriger vers la mer, les tortues marines crapahutent sur la plage vers les hôtels illuminés. Les nuits de brouillard, des oiseaux migrateurs désorientés tournoient pendant des heures jusqu’à l’épuisement fatal au-dessus des villes éclairées. Les insectes sont également concernés: un seul lampadaire tue près de 150 insectes au cours d’une nuit d’été, soit plus de dix millions d’insectes par nuit d’été sur l’ensemble du territoire suisse.

Des directives pertinentes pour la planification

La Confédération affirme que la pollution lumineuse doit être enrayée. Pour autant, la loi n’impose toujours pas de valeurs limites. C’est pourquoi Neuco agit déjà depuis 15 ans de sa propre initiative en élaborant des planifications d’éclairage selon des prescriptions pertinentes.

Le «plan en 7 points» de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) est un instrument central.

Le «plan en 7 points» de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) est un instrument central de cette approche. Il s’agit d’un guide s’appuyant sur sept critères à examiner pour toute solution d’éclairage. Il distingue par exemple l’éclairage de sécurité de l’éclairage d’aménagement. Il définit par ailleurs la quantité de lumière et l’intensité lumineuse nécessaires. L’objectif est de limiter le plus possible les émissions lumineuses et la lumière parasite la nuit et d’éteindre même complètement l’éclairage des façades.

Un éclairage est-il nécessaire? Il faut éclairer uniquement ce qui doit l’être.

Quelle doit être l’intensité de l’éclairage? Si besoin, l’intensité peut être adaptée à la situation au moyen d’un variateur ou d’une commande d’éclairage.

La couleur de la lumière choisie dans le spectre lumineux est-elle adaptée à la situation? Porte-t-elle préjudice à certaines espèces animales ou végétales?

Le type de luminaires choisi est-il adapté, et leur placement est-il approprié? L’éclairage doit être le plus précis possible afin d’éviter la dispersion inutile de lumière dans les alentours.

Les luminaires sont-ils orientés de manière optimale? Il faut éclairer de haut en bas, ce qui nécessite des luminaires spéciaux et un montage précis.

Quand a-t-on besoin de quel éclairage? L’éclairage doit être adapté aux besoins. Il doit être réduit, voire éteint, lorsqu’il n’est pas nécessaire.

Des écrans protecteurs sont-ils nécessaires? Dans certains cas problématiques spécifiques, il est possible d’installer des écrans protecteurs supplémentaires afin de limiter la dispersion.

Dans le cadre de la planification des éclairages extérieurs, Neuco se conforme en outre aux normes SIA 491 et SN EN 12464-2, qui recouvrent divers aspects. Elles stipulent notamment que la lumière ne peut être orientée que vers le bas et que l’on doit utiliser des températures de couleur chaudes inférieures à 3000 kelvins. De plus, l’éclairage doit être réglable en intensité, et les luminaires doivent, dans la mesure du possible, être équipés d’une technologie BugSaver® afin de protéger les insectes nocturnes.

Une sortie de lumière dirigée vers le bas et une intensité lumineuse adaptée au contexte constituent des aspects essentiels d’une solution d’éclairage sans pollution lumineuse gênante.

La lumière froide – une force d’attraction magique pour les insectes

Dans le domaine de l’éclairage, la nouvelle technologie LED présente de nombreux avantages sur le plan écologique, notamment en matière d’économie d’énergie. Cependant, elle renforce la dispersion et, en raison de la couleur de sa lumière, est très problématique pour les insectes, qui réagissent à la lumière située dans le spectre de l’ultraviolet, caractérisée par une couleur froide et des ondes courtes. Cette part de lumière bleue est particulièrement élevée dans les LED.

À l’inverse, les lampes à vapeur de sodium classiques, dont la couleur de la lumière est jaune-orange et chaude (env. 1800 à 3000 kelvins) étaient presque invisibles pour les insectes et les attiraient moins. Grâce à la technologie BugSaver®, Neuco propose là aussi une solution innovante: ce dispositif de commande permet de faire passer la température de couleur sur une couleur ambre dont la part de lumière bleue est fortement réduite. De cette manière, les insectes sont beaucoup moins attirés par la lumière.

Les bons luminaires

Un plan durable, c’est bien. Mais il faut aussi les moyens qui permettront d’atteindre ces objectifs ambitieux. Neuco propose un large choix de luminaires de qualité supérieure pour l’extérieur qui remplissent ces critères à la perfection. Les luminaires Dark-Sky sont conçus de sorte que le flux lumineux émis vers le haut soit de moins de 1 %, voire nul. Pour évaluer un luminaire quant à la pollution lumineuse, les planificateurs éclairagistes disposent de deux valeurs indicatives: le classement BUG et le code flux CEN. Exprimé par trois chiffres de 0 à 5, le classement BUG (Backlight, Uplight, Glare) décrit la quantité de lumière émise par le luminaire vers l’arrière et vers le haut ainsi que l’intensité de l’éblouissement horizontal. Une valeur faible correspond à une moindre quantité de lumière émise. Le code flux CEN est un code à neuf chiffres, les quatre derniers étant les plus importants. Ce code indique la proportion de lumière qui est émise vers le haut. Ces valeurs indicatives claires permettent de quantifier avec précision la pollution lumineuse en amont et de la réduire.

Le code flux CEN selon la norme EN 13032-2 indique dans quelle mesure un luminaire prévient les nuisances lumineuses en extérieur. Il correspond au pourcentage du flux lumineux émis vers le haut et vers le bas. Les quatre derniers chiffres indiquent la quantité de lumière qui est émise vers le haut.

Neuco prend très au sérieux la question de la pollution lumineuse ainsi que les directives Dark-Sky et travaille d’ores et déjà sur de nombreux projets pertinents. Nos conseillers en éclairage sont également experts en la matière et développent pour vous des solutions d’éclairage durables. Mettons-nous au travail. Ce n’est qu’ensemble que nous y arriverons. Vous êtes prêts?

Article suivant

Amore mio